Recherche

Newsletter

 

Vincent Riou, son début de saison se prépare sur d’autres supports

 

 

A retenir :
- Vincent a choisi de naviguer sur différents supports dans les mois à venir
- Il nous explique les enjeux actuels de la commission technique de l’IMOCA
- Son nouveau challenge : le Marathon de Paris

Le monocoque PRB est à l’abri sous le hangar de Vincent Riou à Port La Forêt. Jean-Jacques Laurent , Président du Directoire de PRB, attend les retours de décisions de la classe IMOCA pour alimenter sa réflexion et celle de Vincent sur la suite du projet voile PRB. Jean-Jacques comme Vincent ont en effet à plusieurs reprises exprimé leur volonté de trouver une solution pour maitriser les coûts des projet 60’. Plusieurs sponsors partagent le point de vue du dirigeant de PRB et la classe mène actuellement des études pour répondre à ces attentes.

Le skipper du monocoque vendéen est d’ailleurs particulièrement actif dans cette réflexion. A la tête de la commission technique, Vincent a passé beaucoup de temps ces dernières semaines en réunion avec les autres coureurs et le président des IMOCA, Luc Talbourdet pour faire le bilan du Vendée Globe et envisager les évolutions possibles pour les 60’. « Nous devons écrire le texte qui concerne l’évolution de la jauge pour 2016. Deux pistes se distinguent. La première va vers une jauge hybride avec laquelle on aura des monotypes personnalisables. La seconde est construite comme la jauge actuelle mais avec davantage de restrictions » explique Vincent avant d’ajouter qu’aucune décision n’est encore prise. Il faudra attendre l’assemblée générale en avril pour connaitre les évolutions actées pour la jauge.

En attendant, Vincent a choisi cette saison de s’offrir de nouvelles expériences. Il naviguera sur différents bateaux et en intégrant des équipages qui l’ont invité à bord. Le skipper va par exemple retrouver une régate qu’il affectionne : le Tour de France à la Voile. Jimmy Pahun, figure incontournable de l’épreuve estivale, lui a proposé d’apporter son expertise à un équipage de jeunes talentueux. Vincent devrait embarquer sur le M34 (monotype) Ile de France en Manche et en Atlantique. Avec les Franciliens, il affrontera notamment Franck Cammas et son équipage qui prennent le départ du Tour sous les couleurs de Groupama. Le skipper de PRB devrait également embarquer sur d’autres supports au printemps, histoire d’assouvir sa soif de compétition et de découverte. « C’est toujours intéressant et enrichissant d’aller naviguer sur d’autres bateaux. Je connais Jimmy depuis longtemps et vais découvrir son équipage jeune. Le Tour est un classique, c’est une belle épreuve à laquelle j’ai déjà participé. Je suis content d’y revenir et de découvrir le M34.J’ai également d’autres propositions dont une qui me tient particulièrement à cœur et qui devrait se concrétiser dans les semaines qui viennent » raconte Vincent enthousiaste !

Le marin de Loctudy s’est également mis en quête d’un nouveau challenge. Dans un mois quasiment jour pour jour, il disputera son premier marathon, celui de Paris: 42.195 km, une distance mythique à travers les plus belles avenues de la capitale !
 

Interview de Vincent :

Au sujet du M34 Ile de France et du Tour de France à la Voile :

« Mon dernier tour remonte à pas mal d’années ! C’était avec Côtes d’Armor en Jod 35. Il y avait aussi Yann Eliès dans l’équipage. Le TFV est une épreuve très très sympa. Je n’ai jamais navigué avec Jimmy mais souvent contre lui ! Revenir sur le Tour me fait très plaisir. Nous savons tous que le petit monotype est un support exigeant sportivement. Revenir avec un équipage jeune est aussi un beau challenge. Je suis enthousiaste à l’idée de découvrir cette nouvelle génération. C’est un défi sympa car c’est leur terrain de jeu. Ca va mettre du piquant à l’affaire ! »

Au sujet de son rôle en tant que président de la commission technique de l’IMOCA :
« Mon rôle consiste à finaliser des projets qui sont à l’étude depuis longtemps. Nous sommes dans une phase compliquée car mettre un esprit sur une évolution est facile, par contre mettre le texte qui va avec est plus difficile. En résumé, nous devons écrire le texte qui concerne l’évolution de la jauge pour 2016. Deux pistes se distinguent. La première va vers une jauge hybride avec laquelle on aura des monotypes personnalisables. La seconde est construite comme la jauge actuelle mais avec davantage de restrictions ! Les décisions seront prises lors de la prochaine AG. »