Recherche

Nouveautés

Newsletter

> La société > Actualités

Championnat de France Monoplace 2016

 

Après les 9 Stages de préparation qui sont venus s’ajouter aux précédents stages, l’ensemble de l’équipe a pris le chemin de Dijon Darois pour le Championnat de France Monoplace.

L’équipe était composée de 11 pilotes, répartis dans 3 catégories différentes : Advanced, Excellence, et Elite.

 

 

13570128 151297201945251 1043456347 o 2

 

 

Dans la catégorie Advanced, Vendée Sports Aériens était représenté par 5 pilotes qui n’ont pas démérité :

- Thomas Libaud remporte le titre de Champion de France sur l’Extra 330SC PRB

- Loic Lovicourt obtient une très belle 3ème place sur l’Extra 330SC Lubexcel

- Jean-Max Vautier, Champion d’Europe en Titre et nouveau venu sur l’Extra 330SC PRB, obtient une 4ème place, mais est resté au coude à coude avec son camarade Loic tout le long du championnat

- Bastien Leroux, sur son XA42, réalise un beau Championnat de France en obtenant une 6ème place, malgré des soucis mécaniques sur un vol

- Benoit Buffière sur l’EXTRA 330LX TopGun Voltige, pour sa première année au Vendée Sports Aériens, a réalisé une prestation solide, en obtenant une 3ème place sur le programme connu et une 12ème place au classement général

 

La catégorie Excellence, boudée par les compétiteurs cette année, a été remportée par Xavier Dorey sur l’Extra 330SC Lubexcel, après des vols de très bonnes factures

François Dubreuil, sur l’Extra 330LX TopGun Voltige, échoue au pied du podium malgré les beaux vols réalisés, mais pénalisé par un premier programme inconnu loupé

 

Enfin, Vendée Sports Aériens était représenté par 4 pilotes en Elite, catégorie reine, assimilée aux Formule 1 des airs :

- Olivier, Champion de France 2015 et vainqueur des World Air Games, obtient une très belle 3ème place sur l’Extra 330SC Lubexcel derrière Alexandre Orlowski de l’Armée de l’Air, Champion du Monde en titre et Mika Brageot

- Louis Vanel, confirme qu’il faudra compter sur lui à l’avenir en obtenant une belle 5ème place, après des vols réguliers de grandes qualités sur l’Extra 330SC PRB

- Baptiste Vignes, a réalisé un très beau début de championnat mais, fait une grosse erreur dans le dernier programme inconnu qui le fait descendre à la 9ème place au classement général

- Simon De La Bretèche nouveau pilote sur l’Extra 330SC Lubexcel, obtient une honorable 11ème place, sur un avion qu’il commence à prendre en main

Nul doute que la saison prochaine, année de championnat du monde, il faudra compter sur lui

 

L’ensemble de ces résultats ont permis au Vendée Sports Aériens d’être sacré Champion de France des clubs, devant l’Amicale de Voltige Aérienne et Dijon Voltige

PRB et Vincent Riou 5ème de la Transat NY Vendée les Sables

Vincent 5eme NY vendee

 

 

C’est à 8h 38 min et 52 secondes ce matin que Vincent Riou a franchi la ligne de d’arrivée de la Transat New-York Vendée. Il aura fallu 11 jours 10 heures 58 minutes et 53 secondes à Vincent pour effectuer le parcours entre New-York et Les Sables d’Olonne (3 690 milles parcourus). Le skipper de PRB aura dû tirer des bords jusqu’au bout pour pouvoir laisser à bâbord la fameuse cardinale sud Nouch qui marque aussi l’arrivée du Vendée Globe. Il se classe 5ème de cette Transat. 

« C’est toujours un peu des aventures les courses à la voile mais la route a été longue et pénible entre New-York et Les sables d’Olonne ». Les premiers mots de Vincent à son arrivée au ponton sont une manière d’expliquer qu’il n’a pas fait la course qu’il souhaitait.

Contraint de s’arrêter aux Açores pour réparer une voie d’eau et changer une génératrice défaillante, le solitaire a vu ses espoirs de victoire anéantis au moment de prendre cette décision. Finalement, ce choix sage lui a permis de mener à son terme cette transat juste après The Transat bakerly (disputée aussi en solitaire entre Plymouth et New-York) où il s’était classé 2ème. « Satisfait n’est pas le mot, non je ne suis pas satisfait. Mais cela a été riche d’enseignements et m’a permis d’avancer dans mon programme. Au début de la saison, nous avions fait le choix avec PRB de participer à toutes les courses. Cela voulait dire enchainer deux transats en solitaire en un mois et demi. Dans ma tête et techniquement, ce n’était pas simple. Il fallait être capable de l’assumer. C’est donc plutôt une satisfaction de l’avoir fait. Même s’il y a eu quelques grains de sables pour venir gripper le système, dans la globalité, le bateau et le bonhomme sont prêts pour affronter des navigations au long cours » a déclaré Vincent sur le ponton du Vendée Globe.

 

Le skipper de PRB avoue aussi un regret, celui de n’avoir pas pu se frotter plus longuement aux derniers nés des IMOCA… pour le jeu de la régate bien sûr mais aussi pour accumuler de la connaissance sur ses adversaires dans des conditions qui leur étaient particulièrement favorables : « Jérémie (Beyou, ndlr) a fait une belle course. Je suis désolé de ne pas avoir été des leurs. Quand je les ai lâchés, j’étais devant. Je ne sais pas quelles conditions de mer ils ont eu mais je trouve qu’ils n’ont pas été très vite en Atlantique Nord alors que c’était des conditions parfaites pour allumer. Je ne saurai pas pourquoi on n’a pas vu des foilers à 25 nœuds de moyenne pendant quatre jours, c’est mon plus grand regret. On les a vus à 17, 18 nœuds. De temps en temps, on a vu Alex (Thomson, ndlr) à 20 nœuds mais ce sont des vitesses de bateaux normales dans les conditions rencontrées. Entre eux, ils ont mené une très belle régate à trois et Jérémie a fait une super fin de course où il a su faire, comme souvent il l’a fait en Figaro, une trajectoire tranchée ».

 

Déjà auréolé d’une victoire sur le tour du Monde en solo, Vincent est perçu comme l’un des solides leaders de la classe IMOCA. Sa sagesse, son expérience autour du Monde et la connaissance minutieuse de son bateau en font l’un des favoris pour le rendez-vous de novembre prochain. Mais selon lui, le bilan des quatre transats enchainées sur le circuit IMOCA en 2015 et 2016 montre qu’il n’y a pas un skipper ou un bateau qui survole les débats. « Il n’y a pas de patron en IMOCA, c’est ça qui est bien. Le Vendée Globe va être ouvert. Le jeu devant est équilibré. Pour le sport, c’est ce que l’on peut espérer de mieux. Quatre transats (Transat Jacques Vabre, Saint Barth – Port La Forêt, The Transat bakerly, Transat New-York Vendée), quatre vainqueurs (Vincent Riou et Seb Col, Sébastien Josse, Armel Le Cleac’h, Jérémie Beyou) ! Trois petits nouveaux qui n’avaient jamais réussi à faire le pas. C’est parfait, je m’en réjouis ! » ajoute-il avec envie. Ça tombe bien, le Vendée Globe c’est déjà demain 

 

 

Positions  :


1 – Jérémie Beyou (Maitre Coq) arrivé le 08/06 à 12h37 UTC
2 – Sébastien Josse (Edmond de Rothschild) arrivé le 08/06 à 15h06 UTC
3 – Alex Thomson (Hugo Boss) arrivé le 08/06 à 16h43 UTC
4 – Paul Meilhat (SMA) arrivé le 09/06 à 07h59 UTC
5 - Vincent Riou (PRB) arrivé le 10/06/16 à 06h38 UTC

____________

Suivez la course

Suivez PRB et Vincent Riou : www.prb.fr
Suivez la Transat New York – Les Sables :
http://www.ny-vendee.com/

« Dans le petit temps, il y a plus d’aléatoire »

 

bateau prb

 

 

Après une escale technique aux Açores pour remplacer sa génératrice et réparer une petite voie d’eau, Vincent Riou est reparti hier matin, cap sur les Sables d’Olonne. 

 

Au classement de 13h30 ce lundi, PRB pointe à la 7ème place de la flotte et évolue dans des conditions de petit temps, le vent ne dépassant pas les 10 nœuds.

« Ce n’est plus très violent » explique Vincent Riou, joint ce matin. « Et ça va probablement finir comme ça voire avec encore moins de vent. Mais ça fait du bien de naviguer les pieds au sec et avec toute l’énergie nécessaire. »

 

Alors que le bateau a retrouvé tout son potentiel, Vincent Riou est de retour dans la course et essaie de grappiller des milles sur ses adversaires positionnés plus au nord comme Tanguy de Lamotte sur Initiatives Cœur ou encore le Japonais Kojiro Shiraishi sur Spirit of Yukoh. « Cette nuit, j’ai un peu pédalé pour essayer de faire du différentiel avec les autres. Car on sait bien que dans le petit temps, il y a plus d’aléatoire. C’est vraiment la météo qui dicte le résultat. »

 

Le skipper de PRB ne perd pas de vue son objectif : « naviguer au mieux pour être le plus vite possible aux Sables d’Olonne ».

L’ETA de PRB est prévue pour vendredi matin.

 

Positions à 13h30 HF : 
1 – Jérémie Beyou (Maitre Coq) à 352,1 milles de l’arrivée
2 – Sébastien Josse (Edmond de Rothschild) à 6 milles
3 – Alex Thomson (Hugo Boss) à 28,8 milles
4 – Paul Meilhat (SMA) à 313,4 milles
5 – Tanguy de Lamotte (Initiatives Cœur) à 482,5 milles
6  – Kojiro Shiraishi (Spirit of Yukosh) à 505,8 milles
7 - Vincent Riou (PRB) à 550,3 milles 
 

_____________
Suivez la course

Suivez PRB et Vincent Riou :www.prb.fr
Suivez la Transat New York – Les Sables :http://www.ny-vendee.com/

PRB tape aussi un OFNI*

vincent

 

Quel bateau n’a pas touché quelque chose sur la route entre New York et la Vendée ? C’est la question que l’on peut se poser moins de 48 heures après le départ. Alors que 5 bateaux sont toujours en escale à Newport pour réparer les dégâts consécutifs aux différents chocs d’hier (Banque Populaire, Groupe Queguiner, Safran, Saint-Michel Virbac, No Way Back), Vincent Riou explique que lui aussi a touché un OFNI dans la nuit.

 

« J’avançais assez vite cette nuit quand j’ai tapé quelque chose. Mon safran s’est relevé. Je n’ai rien remarqué d’anormal sur le moment. Mais j’ai vu ce matin que j’avais en fait une petite voie d’eau dans le bateau » raconte Vincent. C’est le cache ligne d’arbre d’hélice (support fixé à la coque) qui a été touché. Une fissure s’est formée à cet endroit. Vincent poursuit sa route vers Les Sables d’Olonne et devrait mettre en place  rapidement une solution pour colmater cette brèche par laquelle l’eau rentre en petite quantité. Ni le bateau, ni Vincent ne sont en danger. « Pour l’instant, j’arrive à vider l’eau mais je ne peux pas le faire en permanence. Surtout, je tiens à protéger mon moteur. Je réfléchis à une solution durable pour la suite de la course » précise le skipper de PRB.

 

Même s’il a dû légèrement réduire sa vitesse en attendant de trouver une solution fiable, Vincent reste au contact du groupe de tête. Hugo Boss lui a ravi le leadership dans la nuit. Alex Thomson affiche depuis ce matin de très belles moyennes et impose son rythme élevé en tête de la course. Il ne cesse de creuser l’écart avec ses adversaires. C’est Jérémie Beyou qui occupe la deuxième place du classement de 15h30. Il est à 24,1 milles du leader et devance Sébastien Josse d’un petit milles. PRB se trouve à 34,6 milles d’Alex Thomson. « Juste après mon choc cette nuit, j’ai vu Edmond de Rothschild passer sous mon vent et Maitre Coq m’a aussi dépassé » constate le solitaire qui s’attendait hier soir à ce que les foilers allongent la foulée dans les conditions de sud ouest soutenu.


Pour Vincent l’essentiel est bien de rester dans ce groupe et de maitriser sa voie d’eau avant de gérer d’ici 36 heures une dépression assez creuse située dans le sud est de la zone d’exclusion des glaces. « Les routes optimales nous font passer dans la dépression. Mais les vents annoncés dépassent les 40 nœuds. C’est le prochain passage à négocier. Il va bien falloir se positionner. C’est aussi là-dessus que l’on se penche en ce moment » prévoit le skipper de PRB.   

 

*Objet Flottant Non Identifié

 

 

Classement à 15h30 HF :
1 – Alex Thomson (Hugo Boss) à 2 450,4 milles

2 – Jérémie Beyou (Maitre Coq) à 24,1 milles
3 – Sébastien Josse (Edmond de Rothschild) à 25,1 milles

4 – Vincent Riou (PRB) à 34,6 milles de l’arrivée
5 – Paul Meilhat (SMA) à 58,5 milles

_____________

Suivez la course

Suivez PRB et Vincent Riou : http://sport.prb.fr/

Suivez la Transat New York – Les Sables : http://www.ny-vendee.com/

Top départ de la Transat NY-Vendée

transat ny vendee les sables dolonne 17 20160529 1658918544

 

A 17h10 heure française, sur fond de buildings new-yorkais, les 14 IMOCA ont pris le départ de la parade de la Transat New-York – Vendée / Les Sables d’Olonne dans une brise de sud.

 

Le bateau était déjà sur l’Hudson River depuis plusieurs heures, aux mains de l’équipe technique, qui avait dû quitter le ponton dans la nuit en raison des horaires de marée.

Vers 16 heures HF, Vincent Riou a rejoint son bateau et quelques minutes avant de quitter le ponton, il ne cachait pas son envie de partir même si les premières heures de courses s’annoncent compliquées. « J’ai hâte de reprendre la mer après deux semaines à New-York mais je serai surtout content quand nous serons loin des côtes, dans 24 à 36 heures. Le début de la course ne va pas être facile. Il n’y a pas des conditions de vent fort mais il faudra faire avec les pêcheurs, les bouées. Nous allons être en navigation plutôt côtière donc il va falloir être vigilant ! »

 

Le phare d’Ambrose Light marquera le point de départ de cette transat. Le skipper de PRB poursuivra ensuite sa route en solo pour 3 100 milles de course, direction Les sables d’Olonne.

Sur ce parcours transatlantique, la météo devrait être simple avec beaucoup de portant et du vent ne dépassant pas les 30 nœuds. Des conditions favorables aux bateaux à foils, nouvelle et ancienne génération qui représentent la moitié de la flotte. « La pression est là car les leaders de la classe Imoca sont présents et les conditions s’annoncent plus favorables aux foilers » explique Vincent.

 

Mais sur son bateau qu’il connaît par cœur, fiable, optimisé et au maximum de son potentiel, Vincent Riou sait qu’il peut jouer en tête et saisira la moindre opportunité : « Je vais me battre pour bien faire mon boulot et arriver à la meilleure place possible aux Sables d’Olonne ! » La bataille s’annonce passionnante !

 

Suivez la course sur http://www.ny-vendee.com/

 

ZonExpo les 28 et 29 Mai 2016

ZONE EXPO 2016

 

Retrouvez PRB lors de ZonExpo les 28 et 29 Mai 2016 à la Mothe Achard sur le site PRB. L'entrée est gratuite.

 

Vous découvrerez les différents métiers de la  Zone d'activité des Achards avec plus de 70 entreprises qui vous accueilleront de 10 à 18h.

 

Lors de ce  week end, vous retrouverez différentes animations pour tous, notamment des démonstrations aériennes et des baptèmes en hélicoptère....

 

Vincent Riou, deuxième de The Transat bakerly

vincent

 

Vincent Riou se classe deuxième de The Transat. Il est arrivé à New York à 20 h 20 min 11 s (HF) et a mis 12 jours 4 heures 50 minutes 11 secondes pour effectuer le parcours entre Plymouth et Big Apple (3 730 milles à la vitesse moyenne de 12,74 nœuds). Il termine 2 heures 21 minutes et 32 secondes derrière le vainqueur de la course, Armel Le Cleac’h.

 

Après sa victoire sur la Transat Jacques Vabre l’an dernier, Vincent prouve une nouvelle fois que son bateau reste véritablement compétitif face aux « foilers » de nouvelle génération comme Banque Populaire. Les deux solitaires se sont d’ailleurs livrés une très belle bataille comme ils l’avaient déjà fait l’an dernier sur le parcours qui les menait cette fois vers le Brésil.

 

Vincent a occupé les avant-postes au début de la course avant de perdre deux voiles importantes 36 heures seulement après le départ de Plymouth comme il l’a révélé ce matin en approche de New York. Contraint de progresser sous gennaker dans le vent faible ou medium, il n’a pas pu utiliser 100% du potentiel de son bateau dans des transitions clés de petit temps et face à un leader offensif qui a parfaitement navigué. Mais dans ce contexte et avec seulement un peu plus de deux heures de retard sur le vainqueur, Vincent avoue n’avoir aucun regret. Il arrive à New York avec cette belle deuxième place alors que sur ses tentatives précédentes, la course s’était toujours refusée à lui.


Banque Populaire comme PRB font partie des bateaux références pour le prochain Vendée Globe. Ces joutes transatlantiques ont donc été l’occasion rêvée pour Vincent de continuer à apprendre sur son 60’ mais aussi d’engendrer beaucoup de connaissances sur le bateau mené par Armel Le Cleac’h.

Un autre communiqué à suivre après l’arrivée de Vincent Riou au ponton.

Retour sur les problèmes de voile rencontrés par Vincent Riou ici.


Classement de The Transat :
1 – Armel Le Cleac’h (Banque Populaire) arrivé à 17 heures 27 minutes 39 secondes (HF)
2 – Vincent Riou (PRB) arrivé à 20 heures 20 minutes 11 secondes (HF)

1

Pas de deux en tête de la course

Après presque 7 jours de course, Vincent Riou et Armel Le Cleac’h se livrent une bataille sans répit en tête de The Transat. Vincent s’accroche au tableau arrière de Banque Populaire dont il est distant ce lundi matin au classement de 8h de 42 milles. Les deux monocoques ont encore 1 300 milles à parcourir avant de pouvoir apercevoir les buildings de Manhattan.

 

Depuis le milieu de la nuit, PRB doit gérer, tout comme son principal adversaire, le passage d’une dorsale anticyclonique avec des vents calmes. A 8h ce matin, il n’avançait qu’à 7,9 nœuds de moyenne. Un moment de répit certes mais un moment toujours difficile pour les nerfs. Armel Le Cleac’h, avec sa légère avance, est depuis plusieurs jours systématiquement le premier à retoucher le vent frais derrière la dorsale. C’est encore le cas ce matin puisque Banque Populaire avait déjà un vent plus fort à 8h (14,2 nœuds de moyenne sur les 15 dernières minutes au classement de 8h). Les écarts entre les deux leaders font donc le yoyo, passant régulièrement de + ou – 15 à 20 milles en quatre heures.

 

Les deux solitaires ont rencontré hier des problèmes de connexions liés au changement de zone satellites qui ont compliqué la récupération de données météo. Les choses devraient rentrer dans l’ordre aujourd’hui et permettre à Vincent de pouvoir bénéficier de toutes les données nécessaires. Pas question pour lui de rater la moindre opportunité de resserrer l’écart avec le monocoque équipé de foils.

 


Classement de 8h :
1 – Armel Le Cleac’h (Banque Populaire) à 1 280,87 milles
2– Vincent Riou (PRB) à 42,03 milles
3 – Jean Pierre Dick (Saint Michel Virbac) à 83,63 milles
4 – Paul Meilhat (SMA) à 411,04 milles
5 – Richard Tolkien (44) à 487,14 milles

 SER PRB160328 215 original

Vincent Riou aux commandes de The Transat

 

 

Après 24h de course, Vincent Riou traverse actuellement le Golfe de Gascogne en direction du Cap Finisterre qu’il devrait parer dans la nuit.

 

Le skipper de PRB progresse, comme une bonne partie de la flotte de The Transat bakerly, sur une route sud en bordure de l’anticyclone des Açores. Les skippers ont donc choisi la sagesse en évitant les vents violents et la mer forte attendus sur la route nord, en raison de la  présence d’une dépression en mer Celtique.

PRB navigue actuellement dans une vingtaine de nœuds de vent, légèrement décalé dans l’ouest de ses principaux rivaux. Au relevé de 19h00, il devançait Sébastien Josse de 1,7 milles et Armel Le Cleac’h de 6 milles.

 

La nuit prochaine, comme la première nuit de course, s’annonce corsée pour les solitaires qui vont devoir gérer un flux d’est nord est forcissant. Des manœuvres sont encore au programme de la nuit et dans ces conditions, chaque erreur peut coûter de précieux milles. Sébastien Josse a d’ailleurs avoué avoir perdu du terrain sur ses adversaires la nuit dernière en raison d’une erreur dans une manœuvre.

 

Au vu de ces premières heures de course, cette traversée de l’Atlantique même sur une route bien plus sud qu’habituellement, s’annonce au contact et sans répit pour les skippers. Sans surprise, les acteurs sont au rendez-vous et Vincent s’enthousiasme de la lutte qui l’attend face notamment aux deux monocoques équipés de foils et avec lesquels il navigue bord à bord depuis Plymouth.

 

Vincent, joint par téléphone ce matin :

« Tout va bien mais nous avons eu beaucoup de manœuvres dans la nuit. C’était un peu compliqué comme prévu. Je suis plutôt content de mon placement. Les conditions sont favorables aux foilers et vont l’être encore pour quelques jours. Je suis sous spi dans 12 nœuds de vent. J’essaye d’avancer vite mais il y a pas mal de houle. Il y a encore des changements de voiles à venir. Je reste très vigilant car dans les conditions actuelles, les écarts peuvent vite se faire. Nous naviguons sous le soleil, c’est plutôt agréable comparé aux conditions d’hier au moment du départ. J’ai pu me reposer ce matin. Je suis en pleine forme ! »

 

Relevé à 19h00 :

1 – PRB (Vincent Riou) à 2865,4 milles de l’arrivée
2 – Edmond de Rothschild (Sébastien Josse) à 1,7 milles du leader
3 – Banque Populaire (Armel Le Cleac’h) à 6 milles du leader
4 – Saint Michel Virbac (Jean-Pierre Dick) à 18,2 milles du leader
5 – 44 (Richard Tolkien) à 45,8 milles du leader
6 – SMA (Paul Meilhat) à 68,3 milles du leader.

 

Plus d'infos sur sport.prb.fr

 

 

 SER PRB160328 215 original

Pas de foils pour PRB, les explications de Vincent Riou

img 00672

 

A retenir dans ce communiqué :
- PRB a été remis à l’eau ce matin à Port La Forêt
- Le bateau de Vincent Riou arbore une nouvelle déco pour le Vendée Globe
- Le skipper a tranché : PRB ne sera pas équipé de foils pour le prochain Tour du Monde
 
Après 10 semaines de chantier, PRB a révélé ce matin ses nouvelles couleurs. Si le orange de la marque vendéenne reste un incontournable du bateau de Vincent Riou, le 60’ arbore aussi un noir mât et un gris argent, couleurs associées à Mercedes-Benz, co-sponsor du bateau. La mise à l’eau du bateau s’est déroulée ce matin à Port La Forêt sous la haute surveillance de Vincent et de son team. Le skipper qui s’alignera au départ de son quatrième Vendée Globe en novembre prochain a souhaité profiter de cette journée pour expliquer pourquoi son 60’ n’arborera pas de foils (plans porteurs servant à soulager le bateau) pour le Vendée Globe. Pendant plusieurs mois, Vincent a travaillé avec son design team et l’architecte Juan Kouyoumdjian pour prendre la meilleure décision possible en vue d’atteindre son objectif : remporter son deuxième Vendée Globe.
Vincent Riou a dévoilé aujourd’hui sa méthodologie, est revenu en détails sur ses études et a expliqué l’ensemble des conclusions aux différents stades des études. Retour sur une décision importante et définitive. Extraits choisis (interview intégrale à lire sur prbsport/voile.fr).

 

Avec qui as-tu travaillé pour ces études ?
« Nous avons travaillé avec mon bureau d’études en interne et l’architecte Juan Kouyoumdjian. Je ne pouvais pas aller voir l’architecte de mon bateau car il faisait des bateaux à tous mes concurrents et en plus, il avait signé une exclusivité concernant le développement des foils. Il fallait donc trouver quelqu’un qui proposait un outil d’évaluation fiable. (…) Juan a une autre ouverture sur les monocoques et une grande expérience. Au travers de son travail sur la Coupe et sur la Volvo, il est l’un des seuls à avoir eu les moyens de développer ses outils d’évaluation. Il pouvait nous apporter la finesse nécessaire. C’est primordial quand tu fais monter le niveau technologique. Il a beaucoup navigué sur PRB. Il est d’abord venu voir comment cela marchait(…) C’est un ancien régatier de haut niveau, il a beaucoup de sensations. Il m’a donné de nombreux conseils super éclairés pour faire avancer mon bateau plus vite avant même qu’on ne parle d’architecture. J’ai beaucoup apprécié cette démarche. »

 

Comment avez-vous travaillé ?
« Au début de nos investigations, on ne savait pas ce que faisait les concurrents même si on imaginait un peu les choses. Nous sommes partis des polaires de vitesse de PRB. Après, nous avons fait toute l’étude sur les foils. Nous avons fouillé dans tous les sens, nous avons essayé plein de choses. Rapidement, tous les deux avec Juan, nous avons eu l’intime conviction que cela allait être compliqué de mettre des foils sur PRB, que le gain en performance n’était pas une évidence. Mais on a voulu aller jusqu’au bout des études. Après avoir balayé tous les types de foils possibles, toutes les conditions, on ne voyait pas de solutions avec les foils pour PRB. Nous avons donc décidé de stopper les études et d’attendre de voir les nouveaux bateaux en navigation. Quand on les a vus naviguer, les résultats étaient en deçà de nos prévisions. Avec le temps, nous avons vu qu’ils progressaient mais à aucun moment on a trouvé qu’ils allaient mieux que ce que l’on imaginait en termes de vitesse. Au départ de la Transat Jacques Vabre, les foilers avaient vraiment passé une étape et ils ont atteint les performances que l’on pensait. Une nouvelle fois, on a dit stand-by pour attendre la confrontation sur l’eau. Avant le départ, on a vu que les conditions du début de la Transat Jacques Vabre étaient plutôt favorables aux foilers. Finalement, nous avons réussi à gagner malgré ces conditions. Nous restions donc dans les clous de ce que l’on avait prévu. Suite à cette course, en interne, nous avons traité les traces et les fichiers d’analyses (fichier avec la vraie météo) de nos concurrents, nous avons vu que notre polaire était bonne au final. Le dernier stade, c’était d’appliquer ces données à un tour du monde. Nous l’avons fait entre décembre et janvier. »

 
Quelles ont été les conclusions de ces analyses à l’échelle d’un Vendée Globe ?
« Dans un grand nombre de cas, nous étions gagnants. Nous avons essayé de savoir de combien devaient progresser les foilers pour réussir à gagner au moins 50% du temps. Là, on est arrivé à des % élevés proches des gains en performance entre deux générations de bateaux.  Sur les éditions précédentes du Vendée Globe, la jauge était plus libre donc tu faisais à chaque fois des bateaux plus puissants et plus légers. Cette fois, les foilers sont plus puissants et plus légers dans certaines conditions. C’est là qu’ils vont plus vite que nous. Mais par contre, il y a tellement d’autres conditions qui leur sont défavorables. Dans les mers du Sud, les foilers seront a priori avantagés mais ça dépend des passages de front. Ce sera une histoire de timing. »
 
C’est à la suite de ces résultats que tu as décidé de ne pas mettre de foil sur PRB ?
« Oui. Très clairement, aujourd’hui, nous n’avons pas trouvé de raison d’équiper PRB de foils car nous n’avons pas plus de chances de gagner avec des foils que de gagner sans foil. Ça ne veut pas dire que ce n’est pas un foiler qui gagnera. Aujourd’hui, ce que je peux dire, après les analyses que nous avons menées, c’est qu’il faudrait que les foilers progressent énormément pour avoir plus de chances de gagner le Vendée Globe que PRB.  Je ne vois pas comment ils peuvent y arriver en si peu de temps et je ne vois surtout pas comment j’aurais pu installer des foils et combler la différence avec les foilers en un temps si court. (…). »
 
Tu penses donc que tu peux gagner le Vendée Globe avec PRB dans sa configuration actuelle ?
« Exactement, je sais que je peux gagner le Vendée Globe avec mon bateau. Ce qui nous donne, de notre point de vue, le plus de chances de remporter ce Tour du Monde, c’est de rester comme nous sommes. C’est mathématique et en dehors de toute considération de fiabilité, de prise de risques techniques. Si en milieu d’année l’année dernière, nous avions trouvé des raisons de penser qu’il y avait des solutions pour PRB avec les foils, nous nous serions très vite mis en ordre de marche. Mais à aucun moment les analyses que nous avons faites, nous ont apportées des raisons de mener ce chantier. »

 

Dans quel état d’esprit es-tu aujourd’hui alors que tu remets ton bateau à l’eau ?
« Je suis un skipper heureux (…). Nous avons fait des choix tranchés car parmi les prétendants à la victoire, avec Yann Eliès qui était un peu en dessous de nous en termes de performance, nous sommes les seuls à rester avec des dérives. Autour, ça ne fait que foiler. Mais ça ne m’empêche pas de penser que l’avenir se déroulera avec des foils. D’ailleurs, j’ai plein d’idées pour faire des foils sur les monocoques mais ce sont des idées qui n’étaient pas simples à réaliser avec mon bateau actuel. Ce sont des idées différentes de ce que VPLP a imaginé. Ce ne sera pas une copie des foils qui viennent de sortir. Je garde ces idées pour plus tard (rires). »

PRB PRÊT POUR SON TROISIEME DAKAR

toys motors hilux dakar 1784

 

Si PRB a beaucoup occupé le devant de la scène ces derniers mois avec la voile et notamment la victoire de Vincent Riou et Sébastien Col sur la Transat Jacques Vabre, la société vendéenne s’apprête à prendre dans quelques jours le départ de son troisième Dakar.

 

Le Team Ronan Chabot – Gilles Pillot s’envolera du 2 au 16 janvier pour parcourir des milliers de kilomètres et conquérir les paysages majestueux de la Bolivie et de l’Argentine, au volant d’un tout nouveau pick-up, un Toyota Hilux dévoilé aux médias le 12 novembre dernier à Paris.

Les deux hommes, vainqueurs l’an passé en deux roues motrices, se sont faits la main sur un Hilux 2015 amélioré au Rallye du Maroc avant de rouler avec leur nouvelle voiture. Contrastes de relief et de sol, différences de températures, cette nouvelle édition s’annonce particulièrement éprouvante pour les pilotes et risque de mettre à mal les organismes.


Jean-Jacques Laurent, PDG de PRB, est particulièrement enthousiaste à l’idée d’accompagner Ronan Chabot et Gilles Pillot dans cette nouvelle aventure avec Toyota. « Nous venons de connaître de grands moments sportifs avec Vincent Riou avec les victoires dans la Transat Jacques Vabre le mois dernier et dans la Fastnet Race l’été dernier. Pour PRB, le sponsoring, c’est accompagner des hommes dans leur volonté de relever de beaux défis mais c’est aussi évidemment l’adrénaline que procure la compétition.

 

Etre aux côtés de Ronan Chabot et Gilles Pillot répond à notre vision du sponsoring. Ils sont un duo aussi solide que celui formé par Vincent et Sébastien Col dans la Transat Jacques Vabre. Avec cette nouvelle voiture, c’est un nouveau challenge. Comme le dit Ronan, le Dakar est aussi imprévisible que peut l’être une course à la voile mais nous leur souhaitons en tout cas toute la réussite qu’ils méritent ! Et ils peuvent compter sur toute l’entreprise PRB pour vibrer avec eux ! » 


A moins d’un mois du coup d’envoi, le pilote du Team Toyota PRB, Ronan Chabot, nous confie ses impressions sur le nouveau défi qu’il s’apprête à relever.

 

 

Pour lire la suite de cet article rdv sur notre site prb sport

L’équipe du Vendée Sports Aériens au World Air Games de Dubaï

avion lubeavion lube3

avion lube4

avion lube5

 

L'équipe Vendée Sports Aériens est arrivée depuis 3 jours à Dubaï dans le cadre des World Air Games, où le pilote, Olivier Masurel, a été sélectionné pour représenter les couleurs de la France, dans la catégorie Voltige Aérienne de ces Jeux Olympiques de sports aériens.

 

Alors que l’Extra PRB est en maintenance hivernale, l’équipe s’est donné rendez vous à Paris Charles de Gaulle pour un aller direct vers Dubaï, le 25 Novembre.

 

Arrivé sur place le programme est chargé pour la Team. En effet, ils doivent y retrouver l’avion, effectuer un remontage, des essais moteurs et un vol de contrôle.

 

Après quelques nouvelles, il s’avère que l’assemblage ai été efficace. Malheureusement sans autorisation de vols, les premiers essais n’ont pu avoir lieu et ont donné suite à une séance de shooting photo et un briquage complet de l’appareil. L’avion quand à lui tourne parfaitement et Olivier Masurel a hâte de prendre les airs… Nous vous tiendrons informé de la suite de l’aventure.

Une nouvelle victoire pour PRB !

Vincent Riou et Sébastien Col ont remporté ce week-end le Trophée 24 h Azimut en IMOCA. Cette régate au départ de Lorient se court en double avec l'accompagnement d'un "média man" et dure environ 24 heures.

Nos deux skippers remportent en prime le Chrono Azimut qui consiste à battre le record du Tour de l'île de Groix précédemment détenu par Vincent Riou. Il passe de 1h 28 min 41 secondes à 1h 08 min 10 secondes.

 

Après la course, Vincent Riou s'est dit très heureux et confirme sa présence et sa motivation pour aborder la prochaine étape : le bassin Paul Vatine au Havre pour la Transat Jacques Vabre.

 

 

Rendez-vous le 24 octobre pour le départ de la Transat Jacques Vabre 2015

 

 

Pour plus d'infos : PRB SPORTS !

PRB au départ de la TRANSAT JACQUES VABRE

Ne manquez pas la course Transat Jacques Vabre 2015 et le départ du bateau PRB !

Cette course transatlantique appelée aussi La Route du café se déroule tous les deux ans en équipages de deux marins.

Lors de la précédente édition, Vincent RIOU et Jean LE CAM ont terminé 1er dans la catégorie IMOCA 60, en arrivant à Itajaí après 17 jours 00 heures 41 minutes et 47 secondes de traversée.

 

Cette année ce sont Vincent RIOU et Sébastien COL qui se lancent dans la compétition avec PRB ! Nous leur souhaitons une aussi belle réussite.

 

Le parcours de cette 12 ème édition :

 

A noter : Le village départ situé au Havre ouvre ses portes dès vendredi 16 octobre jusqu'au 25 octobre 2015. PRB vous attend sur son stand !

 

 

Suivez l'avancée du team PRB sur PRB SPORTS !

 

 

Belles performances des pilotes PRB aux Championnats du monde de voltige

Retour sur le 28ème championnat du Monde de voltige organisé en France à Châteauroux du 20 au 29 août 2015. L'événement réunissait les 58 meilleurs pilotes au monde de 17 nationalités différentes.

Nos deux pilotes PRB sélectionnés : Baptiste VIGNES et Louis VANEL ont atteint leurs objectifs et ont montré de belles performances.

 

Les pilotes se sont affrontés lors de plusieurs épreuves : le programme connu que les pilotes reçoivent en janvier, le programme libre et deux programmes inconnus.

Au sol, huit juges internationaux les notaient et veillaient à ce qu’ils volent dans "le box", un espace cubique d'un kilomètre de côtés, situé à plus de 100 mètres du sol.

 

Félicitations à nos pilotes : Louis VANEL (à droite de la photo), le plus jeune pilote de cette compétition finit à une belle 23ème place et Baptiste VIGNES (à gauche de la photo) termine 8ème au classement général.

 

Ce dernier revient sur le déroulement de ces 10 jours de compétition :

 

"Tout d'abord, je remercie énormément PRB pour son soutien.

 

Après 5 semaines de préparations au sein de l'équipe de France, ( 5 stages de 5 jours entre avril et août ) je suis arrivé à Châteauroux Déols le 16 août. 

Après 2 vols d'entraînement, les 17 et 18 août, nous avons pu commencer la compétition le 20 août avec le premier programme : le Connu. Je termine 11ème, ce qui est un bon résultat pour moi, car c'est un programme difficile, que je n'ai jamais vraiment aimé.

  

Vient alors le programme Libre, le 25 août. Chacun le sien. Je termine à la 14ème place, avec deux grosses erreurs, à la première et dernière figure. Je corrigerai le tir à l'avenir. 

 

Puis, grâce à une météo clémente, nous avons enchainé sur le programme Inconnu. Je termine à une bonne 7ème place, en terminant devant le champion du Monde 2015 ! 

 

Au final, je termine 8ème du championnat. Mon objectif était de terminer dans les 10 premiers,  je suis donc satisfait. Ce fut difficile, tant mentalement, que physiquement. Je suis fatigué aujourd'hui mais heureux. "

 

 

Les prochaines dates à ne pas manquer :

 

Du 14 au 20 septembre, l'Open de France à Orléans.

 

S'ensuivra la pause hivernale et le retour de la préparation physique et mentale. Puis, en 2016, débuteront les championnats d'Europe, où Baptiste souhaite atteindre le top 5. Il est "motivé comme jamais pour continuer à progresser" nous dit-il.

 

 

Pour en savoir plus : PRB SPORTS

Vincent Riou embarque Seb Col pour défendre son titre sur la Transat Jacques Vabre

 

A peine rentré du Tour de France à la Voile où il s’est classé 8ème, Vincent Riou a retrouvé son 60’. Cette année pré-Vendée Globe est un moment clé pour le skipper bigouden qui a rendez-vous dès le 16 août avec la fine fleur de la classe IMOCA pour la Rolex Fastnet Race. Puis, en octobre, la pression montera d’un cran pour la course phare de 2015 : la Transat Jacques Vabre (départ le 25 octobre). Il y a deux ans, Vincent et Jean Le Cam s’imposaient sur le parcours entre Le Havre et Itajai au Brésil.


Cette fois, le skipper de PRB a décidé de s’élancer avec un marin qui affiche l’un des palmarès les plus éloquents du match race international : Seb Col. Le vice champion du monde 2008 s’intéresse depuis plusieurs années maintenant à la course au large. Sous les couleurs de PRB, il prendra pour la troisième fois le départ de la Transat Jacques Vabre après sa participation avec Kito de Pavant en 2007 (6ème) et celle de 2011 avec François Gabart (4ème).

 

 

Seb Col, le souci du détail

Si les deux hommes ne connaissent peu, ils se savent liés par la passion de la technique. « C’est vrai, je n’ai jamais navigué avec Seb. Nous nous croisons régulièrement depuis qu’il habite Port La Forêt. Concernant la course au large, il n’est pas dans son domaine de compétence mais son regard peut justement être très intéressant. Il a un palmarès impressionnant. C’est loin d’être un débutant. J’ai choisi de ne pas opter pour les foils pour l’instant car je ne suis pas convaincu y compris par ce que j’ai pu voir des nouveaux bateaux. PRB a été beaucoup optimisé depuis sa première mise à l’eau. On essaye à chaque fois d’en tirer le meilleur, de le faire évoluer. Je trouve que mon bateau va vite mais il est probablement possible de le faire aller encore plus vite. Seb va pouvoir m’apporter son point de vue car il a ce souci du détail. Il sait faire avancer un bateau vite. Et sur ce point, il est probablement l’un des meilleurs qui existe. Ensemble, nous avons une belle opportunité pour bien faire sur cette Transat Jacques Vabre » explique Vincent Riou.

 

PRB face aux 60’ nouvelle génération

La Rolex Fastnet Race va constituer la première confrontation de PRB et des 60’ nouvelle génération. Vincent ne cache pas son impatience de pouvoir jauger son monocoque en condition de course face à ceux qui seront ses adversaires pour le prochain Vendée Globe. S’il avoue ne pas être convaincu pour l’instant par les foils autorisés par la nouvelle jauge IMOCA, l’occasion est parfaite pour confirmer ou infirmer ces premières impressions.....

 

 

Lire la suite sur PRB SPORTS 

8ème place pour PRB sur le parcours nautique à Gruissant

 

Les skippers PRB ont disputé hier la deuxième épreuve à Gruissant : cinq parcours en stade nautique en quatre manches de qualification et une finale OR.

Régulier sur les deux premières manches de qualification avec une place de 6e, PRB s’offre la victoire sur la troisième avant de prendre de nouveau la 6ème place sur la manche 4. L’équipage termine 3ème de son groupe et se qualifie pour la finale OR. Face aux meilleurs de cette compétition, les skippers PRB n'ont d'autre choix que de se mettre immédiatement dans la course.  

« Dans ce genre de finale, il faut se battre pour avoir sa place. S’il y a un grain de sable dans la machine, c’est plié, tu ne reviens pas » explique Vincent RIOU.

Coincé dès le départ dans un petit paquet de bateaux, l’équipage n’est pas parvenu à se positionner sur le premier vent arrière et n’a pas eu d’autres choix que de suivre le convoi. 12ème de cette ultime manche, PRB se classe finalement 8ème du parcours nautique de Gruissan.

 

PRB reste 9ème au classement général.

 

Nos skippers sont aujourd'hui en repos et vont se diriger vers Marseille pour l'avant-dernière étape de ce Tour de France à la Voile 2015.

 

Suivez l'équipage PRB sur PRB SPORTS

 

Victoire de PRB sur le stade nautique de Marseille !

  

Après une seconde place sur le raid côtier de Marseille, le team PRB (Vincent RIOU, Billy BESSONS et Guillaume LE BREC) a décroché hier sa première victoire sur le Tour de France à la Voile ! Son classement sur ces deux épreuves Marseillaises permet à PRB de remporter l'acte 8 et de récupérer la 6ème place au classement général, avec 5 points d'avance sur Prince de Bretagne.

La victoire réchauffe le cœur des équipiers PRB qui, souvent bien placé, ont parfois eu du mal à conclure : « Elle fait plaisir à tout le monde cette victoire, et surtout à toute mon équipe. On est venu sur le tour de France à la Voile pour prendre du plaisir et faire des bons coups. On en a fait quelques-uns » explique Vincent.

 

Aujourd'hui, les 28 équipages vont entamer le dernier acte du Tour de France à la Voile 2015 qui se déroule à Nice. Le team PRB qui sera sans Billy BESSONS, va essayer de continuer sur sa lancée, sans se mettre de pression et toujours en prenant du plaisir :

 

" A Nice, on va faire comme on a fait depuis le début, nous allons prendre les journées les unes après les autres. On n’a pas encore le niveau pour faire des calculs savants. Quand tu vois le sourire des gars dans le zodiac et les sourires de l’équipe, c’est la fête ! » exprime Vincent RIOU.

 

Félicitations aux skippers PRB pour cette belle victoire !

 

Ne manquez pas le dernier acte du bateau PRB sur le Tour de France à la Voile : PRB SPORTS 

 

 

La chaleur de Marseille réussit aux skippers PRB !

 

L'équipage PRB a terminé hier, 2ème du Raid Côtier après un parcours de 20 milles autour du Frioul.

Dès le départ PRB est en tête aux côtés de trois ou quatre concurrents et va se lancer dans une lutte acharnée pour atteindre le podium : « C’était vraiment intéressant de batailler avec trois – quatre bateaux. Comme il y avait un peu de distance avec le reste de la flotte, nous nous sommes occupés uniquement des bateaux à nos côtés et c’est vrai que parfois ça tournait au match-race » explique Nicolas Andrieu, tacticien à bord du Diam 24.

 

Le Tour de France à la Voile est rythmé de surprises et ne permet pas encore de définir le vainqueur. Quoi qu'il en soit nous pouvons féliciter le team PRB pour cette belle manche, elle leur permet de remonter à la 7ème place du classement général, à deux points de la 6ème place.

 

 

Vincent Riou, skipper de PRB :
« Nous avons fait quelques étapes où nous étions devant mais nous n’arrivions pas à conclure. Aujourd’hui nous sommes parvenus à rester devant. C’est sympa. En plus nous avons navigué dans un cadre magnifique. La rade de Marseille est toujours aussi jolie. C’est certainement l’un des plus beaux plans d’eau de France avec de supers reliefs. C’était un bon moment pour toute l’équipe et pour moi-même. Groupama nous a battus mais il était plus que jamais au taquet car il avait un défi à relever qui était de reprendre la tête du tour et il l’a fait. C’est bien car cela relance la compétition à trois étapes de la fin. C’est un Tour de France à la Voile qui réserve beaucoup de suspense et de compétition jusqu’à l’arrivée. En ce qui nous concerne l’idée c’est d’essayer de faire un maximum de belles manches jusqu’à la fin et nous verrons bien où cela nous mène. »

  

 

Aujourd'hui, les équipages vont tenter de renverser une nouvelle fois le classement avec l'épreuve en stade nautique.

 

Suivez le team PRB sur PRB SPORTS !

Une 7ème étape haute en suspens à Gruissan

La victoire du Raid Côtier échappe de peu à PRB !

 

Le team PRB a migré vendredi dernier vers le sud, à Roses pour la suite de cette compétition. L'équipe a réussi à se maintenir à la 8ème place en terminant 6ème du Raid Côtier et 13ème du stade nautique lors de cette 6ème étape.

 

Les 28 équipages du Tour de France à la Voile ont débuté hier la 7ème étape à Gruissan par le Raid Côtier de 38 milles. L'équipe PRB, composée alors de Vincent, Nicolas et Billy s'est emparée de cette manche dès le départ. Le bateau reste en tête jusqu'à l'approche de Valras-Plage. Vincent et ses coéquipiers décident de faire la redescente vers Gruissan par le large, suivi de ses concurrents les plus proches. L'arrière de la course choisit de rester sur la côte.

A terre, le suspense est à son comble. C'est finalement la côte qui va permettre aux derniers de passer devant les premiers.

PRB est privé d'une première victoire sur ce tour et termine 17ème du Raid Côtier et 9ème au classement général.

« On a fait de belles choses mais on n’a pas réussi à transformer l’essai » résume Billy.

 

L'équipe n'en reste pas moins motivée et compte bien récupérer des places au classement général avec la suite des épreuves.

 

Nous continuons de les encourager !!

 

La suite de la course sur PRB SPORTS

Plus d'articles...